1. Accueil
  2. Stars
  3. Stars de la Chanson
  4. Matt Pokora : sa plus grande peur ? Oublier un jour ses enfants…

Matt Pokora : sa plus grande peur ? Oublier un jour ses enfants…

Le 21 Sep 2021 à 13:18 par Samantha Martins

Matt Pokora a profondément été traumatisé par la maladie d’Alzheimer qui a touché son grand-père. En partenariat avec la Fondation pour la Recherche Médicale, il réitère sa plus grande crainte : celle d’un jour oublier ses enfants.

Matt Pokora : ses fans sont inquiets pour lui

Matt Pokora se trouve actuellement au théâtre où il joue Les Grandes Ambitions aux côtés d’Estelle Lefébure et Philippe Lellouche. Un nouvel exercice que semble beaucoup apprécié le chanteur, très ému de pouvoir jouer devant sa femme et sa belle-fille lors de la première représentation de la pièce.

« Je ne pouvais rêver mieux pour ma première soirée sur les planches. Une salle pleine et comblée. Qui a rit, pleuré et même pleuré de rire… Merci à vous. Merci à mes partenaires et à nos équipes » avait-il expliqué sur Instagram.

Et il faut croire que ce nouveau défi n’est pas de tout repos pour le père de famille. En effet, Matt Pokora est apparu particulièrement fatigué sur l’une des publications de sa femme. À tel point que les internautes ont commencé à s’inquiéter. 

Matt Pokora : il a peur d’oublier ses enfants

Le dimanche 19 septembre 2021, Matt Pokora a pris la parole sur son compte Instagram pour faire passer un message important à sa communauté. Très impliqué dans la recherche médicale, le chanteur a publié une interview vidéo portant sur la maladie d’Alzheimer, en partenariat avec la FRM.

Comme il l’a mentionné à plusieurs reprises, le grand-père de Matt Pokora était lui-même atteint de cette maladie dégénérative. Une maladie qui a profondément touché l’artiste lorsqu’il était jeune. Durant cette interview, il déclara d’ailleurs que sa plus grande crainte est, d’un jour, oublié ses propres enfants, comme son grand-père a pu l’oublier.

« De l’avoir vécu avec mon grand-père, le jour où j’ai compris qu’il m’avait oublié quand j’étais rentré dans la pièce où il était et qu’il m’avait vouvoyé, c’est là que j’ai compris qu’il ne savait plus qui j’étais. Et j’ai dû sortir de la pièce, aller pleurer un peu plus loin dans le couloir. » Et puis d’ajouter : « C’est une maladie assez terrible et on n’a pas assez conscience, dans les débuts, de la gravité de la gravité que cela peut avoir avec la maladie« . Un récit très touchant.

Officielles

Officielles