Officielles

  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Lille : Nolan, 8 ans, lourdement handicapé pour avoir mangé un steak haché

Lille : Nolan, 8 ans, lourdement handicapé pour avoir mangé un steak haché

Le 07 Juin 2017 à 09:08 par Steffi

Lille : alors qu’on vous racontait l’histoire héroïque des deux SDF qui n’ont pas hésité à venir au secours des victimes de l’attentat de Manchester, l’information que nous allons vous partager ne comporte pas de bon côté… Découvrez l’effroyable histoire du petit Nolan, lourdement handicapé après avoir mangé un steak haché…

 

Lille : Nolan, 8 ans, lourdement handicapé

 


 
C’est malheureusement un procès qui parait bien trop banal. Mais, la présence du petit Nolan, 8 ans, n’est pas anodine. En fauteuil roulant, le petit garçon a été touché à l’âge de 2 ans par des lésions neurologiques. Ces dernières ont grandement limité sa motricité, mais aussi ses capacités intellectuelles. La raison ? Un steak haché.
 
Et, le petit Nolan n’est pas le seul dans cette situation. En effet, au procès est présente la présidente des Syndrômes hémolytiques et urémiques (SHU). Elle relate donc comment d’autres consommateurs ont, eux aussi, été touchés par ces lésions dues à la consommation de steaks en juin 2011. La grande majorité sont des enfants et ils ont tous subi de nombreux passages à l’hôpital. Mais, en plus de cela, ils garderont à jamais des séquelles aux reins.
 

C’est donc Guy Lamorlette, 76 ans, créateur et gérant de la société SEB, et Laurent Appéré, 46 ans, son responsable qualité, qui sont poursuivis pour « tromperie sur une marchandise entraînant un danger ». En livrant leur marchandise dans un supermarché LIDL, ils ont manqué à leurs obligations sanitaires. Le résultat : des consommateurs ayant développé des maladies grave en mangeant simplement de la viande.

 


 
« Peut-être pourriez-vous regarder Nolan ? Il s’agite en vous écoutant », est intervenue Me Florence Rault, avocate de la famille du petit garçon. « Que voulez-vous que je dise en voyant cet enfant ? Ça n’a jamais été un acte volontaire de notre part », a répliqué le corpulent chef d’entreprise à la retraite Guy Lamorlette.
 

Un manquement grave aux consignes et contrôles d’hygiène et de sécurité

 

Alors qu’elle était particulièrement dangereuse, les deux prévenus sont soupçonnés de ne pas avoir exercé d’analyse spécifique à cette souche. Donc, sur les lots mis en cause, on est face à une concentration bien plus élevée que le seuil réglementaire de la bactérie E. coli : 770 germes contre 500…
 
« Il faut s’imaginer ce que c’est, un camion avec 800 blocs de viande. S’il y en a 20 de contaminés, comment les trouver ? (…) Là, le camion devait repartir en production, sinon on fermait l’usine. Donc on analyse toujours de façon aléatoire », explique Laurent Appéré, l’ancien responsable qualité de l’entreprise.
 
Il finit par conclure : « Le risque zéro n’existe pas malheureusement (…) Il y a déjà eu, par le passé, des rappels de steaks mis sur le marché, ce sont des choses qui arrivent… »
On est de tout cœur avec les familles et proches des victimes de ce cauchemar… On espère qu’ils auront gain de cause et que ce procès changera la donne pour le futur.
 
À lire aussi : « Maude (Les Anges) : elle dévoile son nouveau titre “Looking For Peace” ! »

Australie : une petite fille de 3 ans a fini lourdement handicapée. Ses parents végétaliens la nourrissaient uniquement à l’eau de coco.

Lire la suite

Officielles