Officielles

  1. Accueil
  2. Actu
  3. ‘Seuls mes yeux et mes oreilles n’ont pas été violés’ : le témoignage d’une mère ukrainienne

‘Seuls mes yeux et mes oreilles n’ont pas été violés’ : le témoignage d’une mère ukrainienne

Le 17 Avr 2022 à 15:03 par Lina Madad

Ukraine : la guerre continue de faire des ravages, et les atrocités commises par les soldats russes s’accumulent. Une mère Ukrainienne violée par des soldats russes livre un témoignage glaçant…

Les atrocités commises par les soldats russes en Ukraine s’accumulent

À 38 ans, Ekatarina vit avec sa fille adolescente et sa mère âgée de 75 ans à Boutcha en Ukraine. Comme sa mère est trop âgée pour fuir la guerre, elles ont dû subir l’occupation des soldats russes. Elles font partie des rares survivants des bombardements russes. Malheureusement, elles ont toutes trois vécu un véritable cauchemar…

Ekatarina a décidé de briser le silence lors d’une interview accordée à une journaliste de RTS. « Ils m’ont demandé de m’agenouiller, puis, ils m’ont dit : ‘Ta fille est très belle…’ Je les ai suppliés de ne pas la toucher. Je leur ai dit : ‘Faites tout ce que vous voulez avec moi, mais ne la touchez pas.’ Ils m’ont forcée à leur faire des fellations. À tour de rôle, ça n’en finissait pas, ils défilaient, comme sur un tapis roulant.« 

À lire aussi : Ukraine : La France, la Turquie et la Grèce vont mener une opération d’évacuation de Marioupol.

Le témoignage glaçant d’une mère de famille violée en Ukraine

Pour protéger sa fille, elle a accepté de subir l’horreur. « Ils s’y mettaient à plusieurs. Je crois que seuls mes yeux et mes oreilles n’ont pas été violés. Ils me disaient : ‘Tais-toi ! On était en poste en Biélorussie et ça fait longtemps qu’on n’a pas eu de femme ! Alors ferme-là !’ Ils menaçaient sinon de détruire le quartier, de tuer tout le monde, mes voisins, ma fille« .

À lire aussi : Ukraine : les filles de Vladimir Poutine sévèrement sanctionnées par l’Union européenne

Mais ses bourreaux ne se sont pas arrêtés là comme elle l’affirme. « Une nuit ils sont venus à huit. Je dormais. Ils sont venus dans le lit et m’ont touchée mais finalement ils sont allés vers ma mère. Ils l’ont violée, les huit en même temps. Tout à coup, leur regard tournait, et ils redevenaient fous. Ils étaient totalement imprévisibles. J’ai vraiment eu le sentiment qu’on n’avait pas devant nous des soldats mais des gens échappés de l’hôpital psychiatrique. Qu’on leur avait donné des armes, et envoyé faire la guerre. Ils ne sont pas normaux ». conclut-elle. Nos pensées vont vers ces victimes de l’occupation russe qui continue ses nombreuses violations des droits humains.

À lire aussi : Ukraine : l’étrange utilisation de missiles hypersoniques russes inquiète

Nordahl Lelandais : durant son procès, l'un de ses anciens codétenus a donné plus de détails sur le m**rtre de Maëlys ce mercredi 16 février.

Lire la suite

Officielles