1. Accueil
  2. Actu
  3. Covid-19 : le syndrome de ‘l’anus sans repos’, nouvel effet secondaire du virus

Covid-19 : le syndrome de ‘l’anus sans repos’, nouvel effet secondaire du virus

Le 06 Oct 2021 à 10:05 par Louisa Haddad

Covid-19 : le syndrome de ‘l’an*s sans repos’ serait l’une des répercussions chez les personnes qui ont contracté le Covid-19. On vous explique !

Un nouveau symptôme du Covid-19

Une cinquième vague est-elle prévue ? Alors que les chiffres continuent de baisser, l’épidémiologiste Mircea Sofonea a déclaré : « Pour que la situation s’inverse, il faudrait un nouveau variant ou qu’il y ait un changement brutal dans l’application des gestes barrières. Or, dans l’état actuel des connaissances, il n’y a pas de variant menaçant en train de remplacer le Delta et nous ne sommes pas non plus dans une optique de relâchement généralisé des mesures sanitaires. »

Toutefois, le virus continue de faire des ravages. Et on constate que les répercussions sont quant à elles de plus en plus nombreuses. On peut notamment noter la baisse de la fertilité masculine, l’impact sur les yeux (avec un risque accru de conjonctivite et de rétinopathie) ou encore sur la peau. Dernièrement, des contaminés seraient même vict*mes d’un symptôme plutôt étonnant : l’an*s sans repos.

« L’an*s sans repos » : on en sait plus

Un trouble méconnu jusqu’à ce qu’un japonais âgé de 77 ans en soit vict*me. Ce dernier a alors dû se rendre à l’hôpital et il y est resté une vingtaine de jours pour cause de Covid-19. C’est au moment de rentrer chez lui que ce fameux syndrome a interpellé le personnel soignant. Le patient a confié avoir une « gêne et des douleurs anales ». Si l’exercice physique lui permettait de les réduire, ces douleurs s’intensifiaient au cours de la journée et plus particulièrement en fin de journée.

Les médecins ont alors décidé de lui donner un médicament anxiolytique qui a permis un soulagement de ses symptômes. La revue spécialisée BMC Infectious Diseases, a démontré la ressemblance entre le syndrome de l’an*s sans repos et celui des jambes sans repos. «Ce cas remplissait 4 caractéristiques essentielles du SJSR, l’envie de bouger, s’aggravant avec le repos, s’améliorant avec l’exercice et s’aggravant le soir», ont relevé les scientifiques. Ces derniers ont alors précisé que syndrome venait une nouvelle fois prouver que le Covid-19 pouvait se propager dans la sphère neurologique.

Par ailleurs, nous vous disions que le masque n’était plus obligatoire pour les enfants dans 47 départements mais aussi qu’une personne avait acheté un faux pass sanitaire sur Snapchat et qu’elle avait attrapé le Covid-19’.

Officielles

Officielles