1. Accueil
  2. Actu
  3. Covid-19 : pourquoi le vaccin Moderna est maintenant déconseillé pour les moins de 30 ans

Covid-19 : pourquoi le vaccin Moderna est maintenant déconseillé pour les moins de 30 ans

Le 09 Nov 2021 à 19:09 par Louisa Haddad

Covid-19 : dorénavant, les moins de 30 ans ne pourront pas se faire vacciner avec le vaccin Moderna. On vous explique pourquoi.

Covid-19 : le Moderna déconseillé pour les moins de 30 ans

Ce mardi 9 novembre, Emmanuel Macron a pris la parole face aux citoyens français. Dans le même temps, le vaccin Moderna a été déconseillé par la Hautes Autorité de Santé (HAS) pour les moins de 30 ans. Et ce, après qu’une vaste étude ait été réalisée par la structure Epi-Phare. L’étude a été menée du 15 mai au 31 août auprès de 1836 personnes hospital*sées en France. Toutes l’étaient pour des myocardites (919 cas) ou des péricardites (917 cas) et étaient âgées entre 12 et 50 ans.

Pour rappel, la myocardite et la péricardite sont des inflammations du coeur. La première touche le myocarde, principal muscle cardiaque, et la seconde le péricarde, la membrane qui enveloppe le coeur. Selon le rapport de l’Epi-Phare, le vaccin Moderna augmente le risque d’avoir cette maladie. Et ce, dans les sept jours qui suivent la vaccinations. « L’association avec le risque de myocardite apparaît particulièrement marquée chez les jeunes hommes de moins de 30 ans. En particulier au décours de la deuxième dose du vaccin Moderna conduisant à un excès de cas atteignant de l’ordre de 132 par un million de doses dans cette tranche de la population », détaille l’étude. Concernant les femmes, « ce risque est également augmenté chez les jeunes femmes de moins de 30 ans après la deuxième dose des deux vaccins ».

Les raisons pour lesquelles le vaccin Moderna est déconseillé

Dans ce cas, la HAS conseille de prioriser le vaccin Pfizer pour la première dose ou le rappel. Un conseil qui vaut pour toutes les personnes de moins de 30 ans. Le 15 octobre dernier, cette autorité recommandait d’utiliser exclusivement le vaccin de Pfizer/BioNtech pour les doses de rappel. En revanche, cela ne remet pas en cause l’efficacité du vaccin : le rapport bénéfice/risque reste en faveur du vaccin. Mathieu Molimard, chef de service de pharmacologie médicale au CHU de Bordeaux, a expliqué que s’il y a un petit risque d’augmentation des myocardites avec ce vaccin, « ce sont des myocardites bénignes ».

Mahmoud Zureik, directeur de la structure Epi-Phare est allé dans son sens : « Quand on met en balance l’efficacité des vaccins contre les formes graves du Covid-19 (évaluée à environ 90%) et les risques existants mais peu fréquents de myocardite et péricardite, à l’évolution favorable, le rapport bénéfice-risque des vaccins n’est pas remis en cause ».

La HAS confirme qu’il faut poursuivre la vaccination : « L’épidémie marque actuellement une reprise dont il est difficile de prévoir l’évolution. Mais la période hivernale qui démarre conjuguée à la baisse prévisible de l’efficacité des vaccins chez les personnes vaccinées avant l’été rappelle une fois encore l’importance d’obtenir la meilleure couverture vaccinale possible de l’ensemble de la population. Et en particulier chez les personnes les plus susceptibles de faire une forme grave de Covid-19 ». D’autant plus quand on voit les effets de la maladie sur le cerveau.

Par ailleurs, nous vous disions s’il était (encore) nécessaire de désinfecter ses courses.

Covid-19 : et si pour voyager, les français devaient posséder un passeport vaccinal ? Le gouvernement a donné son avis sur la question.

Lire la suite

Officielles

Officielles