1. Accueil
  2. Actu
  3. Covid-19 : faut-il craindre une 5ème vague de l’épidémie en France ?

Covid-19 : faut-il craindre une 5ème vague de l’épidémie en France ?

Le 11 Oct 2021 à 16:24 par Khaoula Belkacemi

Faut-il craindre une 5ème vague de l’épidémie en France avec l’arrivée de l’hiver? On vous dévoile l’avis de plusieurs épidémiologistes et professionnels de la santé à ce sujet questionnés par nos confrères de Ouest France. On vous dit tout !

Une épidémie en décroissance

Il faut croire que malgré tout, la situation au niveau de l’épidémie s’améliore de jour en jour. Il y a quelques semaines, nous vous avions dévoilé les conclusions de Mircea Sofonea, chercheur à l’université de Montpellier, concernant l’avancée de l’épidémie : « L’épidémie est en décroissance avec un nombre de reproduction entre 0,8 et 0,9. Autrement dit, 10 personnes en contaminent moins de 9. Le virus continue donc de circuler mais nous sommes dans une situation favorable. L’an dernier à la même période, le nombre de reproduction se situait entre 1,1 et 1,3, en début de deuxième vague, ce qui n’est pas le cas actuellement. »

Il ajoute cependant : « il est tout à fait possible que les courbes stagnent, voire qu’elles repartent à la hausse dans les prochaines semaines, à la faveur du retour du froid et des jours plus courts. Mais le changement de régime ne se fera pas du jour au lendemain. » Avant de finir : « Pour que la situation s’inverse, il faudrait un nouveau variant ou qu’il y ait un changement brutal dans l’application des gestes barrières. Or, dans l’état actuel des connaissances, il n’y a pas de variant menaçant en train de remplacer le Delta et nous ne sommes pas non plus dans une optique de relâchement généralisé des mesures sanitaires. »

Mais c’est surtout la rentrée qui avait fait douter nombre de français. En effet, pour beaucoup, le retour aux classes des enfants auraient pu avoir un effet néfaste sur la stagnation de l’épidémie. Selon le chef du service de parasitologie à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, Renaud Piarroux, « cela fait maintenant un mois que la rentrée est passée. Le Covid-19 s’est effectivement transmis entre les enfants. Mais pas tant que ça finalement. Les contaminations baissent même chez les moins de 10 ans, qui ne sont pourtant pas vaccinés »

Mais heureusement pour la France, la vague de vaccination a joué un rôle précieux dans la diminution des cas de contamination. « L’an dernier, la deuxième vague était la conséquence d’un relâchement initié au cours de l’été. Ce qui a changé cette année, c’est la vaccination. »

Une situation qui risque de stagner

Mais aujourd’hui, à la veille de l’hiver, de nombreux chercheurs craignent un revirement de situation. « Nous rentrons dans l’hiver nous savons que l’épidémie peut repartir » explique Gabriel Attal dans sa conférence du 7 octobre « la période qui arrive nécessite une plus grande vigilance​. » En effet, il s’agit désormais pour la France de la dernière ligne droite dans le combat contre le coronavirus. Selon le dernier avis du Conseil scientifique ainsi que les dernières modélisations de l’institut Pasteur, il semblerait que ces dernières semaines aient noté une stagnation au niveau de l’avancée de l’épidémie. Et s’il semblerait s’agir d’une bonne nouvelle, ce n’est pas obligatoirement le cas. En effet, cette stagnation arrive après plusieurs semaines de recul de l’épidémie. Il s’agit donc désormais d’être plus prudent, et de garder les gestes barrière en tête afin de ne pas risquer une 5ème vague.

« C’est très probable que l’épidémie reparte avec la période hivernale, couplée au fait qu’il y a 25 % de notre population qui n’est pas vaccinée​. » déclare Yves Buisson, avant d’expliquer l’importance de garder les bonnes habitudes ainsi que le pass sanitaire, au moins jusqu’à la sortie de l’hiver. « Si on levait maintenant le passe, on serait obligés de le rétablir au cours de l’hiver, il faut le laisser. Surtout que l’habitude est prise. » 

Officielles

Officielles