1. Accueil
  2. Actu
  3. Covid-19 : ‘ces vagues nous usent’, à l’hôpital, la 5ème vague inquiète

Covid-19 : ‘ces vagues nous usent’, à l’hôpital, la 5ème vague inquiète

Le 02 Déc 2021 à 13:23 par Samantha Martins

Depuis le week-end dernier, le nombre de cas de Covid-19 en service de réanimation « flambe ». Le personnel soignant de la Pitié-Salpêtrière commencent sérieusement à s’inquiéter pour la suite…

Covid-19 : la France est en plein dans la 5ᵉ vague

Ces dernières heures, la situation est devenue très critique à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière. « Depuis 48 heures, il y a des patients qu’on ne peut pas prendre parce que les réas sont pleines » affirme le professeur Jean-Michel Constantin.

Le nombre de malades infectés par le Coronavirus est « en augmentation rapide et inquiétante ». Et, la plupart des admis sont « essentiellement non-vaccinés ». Une situation que ne comprennent pas certains soignants comme Fanny Diebold, 35 ans. L’aide-soignante « se demande pourquoi il y a encore des gens qui ne se vaccinent pas ». Malgré tout, cela « ne change pas (sa) façon de faire », affirme-t-elle.

Cela nécessite en revanche de plus grandes restrictions, notamment pour les visites car « beaucoup de gens venaient ici alors qu’ils étaient cas contacts », précise de Dr Elodie Baron.

Le personnel médical s'inquiètent de l'augmentation des cas Covid en réanimation.

Des visites limitées pour limiter les risques

Actuellement, chaque patient peut recevoir la visite de deux personnes seulement par jour. À raison d’une seule fois dans la chambre. « Ça ne nous fait pas plaisir du tout. Les familles le prennent mal, les patients aussi, malheureusement c’est la seule chose qu’on a trouvée pour limiter un peu le risque infectieux » ajoute-t-elle.

À l’échelle nationale, nous venons de repasser le seuil des 10 000 malades hospitalisés. 1 800 d’entre eux se trouvent dans un état critique, de quoi raviver des « souvenirs pénibles » à la cadre de santé Samia Kacer. Ces deux dernières années ont « laissé beaucoup de traces, pour certains plus que d’autres ». « Ces vagues successives nous usent, elles nous affectent ». D’autant que les effectifs se sont encore réduits à l’issue de la crise. Actuellement « beaucoup de jeunes recrues qui sortent de l’école » sont accueillies par les équipes mais exigent « plus d’accompagnement« .

Laura Lochu, jeune infirmière de 24 ans est partagée. Heureuse « de se sentir soutenue » et angoissée en pensant à « la vague de décès qui va arriver, parce qu’on sait que le Covid ne pardonne pas », redoute son manque d’expérience.

Sans oublié que le Covid n’est pas la seule maladie qui traîne présentement. Le Pr Constantin craint qu’« une épidémie de grippe vienne se surajouter ». Malgré tout, hors de question de bloquer les congés de fin d’années du personnel soignants. « Ce n’est pas possible, physiquement et moralement il faut que tout le monde souffle ». En attendant, nous vous conseillons d’éviter les endroits où l’on a le plus de risque de se faire contaminer. Bientôt, un vaccin spécifique au variant Omicron sera peut-être nécessaire.

Coronavirus : la maire de Paris Anne Hidalgo et la présidente de région Valérie Pécresse souhaitent proposer de nouvelles mesures pour ralentir l'épidémie de Coronavirus.

Lire la suite

Officielles

Officielles